L’hôpital de Montréal pour enfants

Montreal Children's Hospital

Étant donné la clientèle particulière que la médecine pédiatrique dessert, son approche envers la maladie est unique.

Dr. MacKenzie ForbesLe Children's Memorial Hospital a eu des débuts très humbles dans une petite maison de la rue Guy, à une époque où la médecine pédiatrique était une nouvelle spécialité. Malgré une certaine résistance politique à l'ouverture d'un autre hôpital à Montréal, le Children's Memorial Hospital of Montreal (CMH) a été fondé en 1904, sous la direction du Dr MacKenzie Forbes, afin de soigner les enfants handicapés. Le Dr Forbes, professeur de chirurgie orthopédique à l'Université McGill, espérait que le CMH devienne un hôpital général pour enfants. Les premiers malades étaient traités dans la maison de la rue Guy et, pendant l'été, dans des tentes installées dans un jardin attenant.

Children's Memorial Hospital on Cedar AvenueLe Dr Forbes et les excellents soignants qui ont suivi sa trace ont confondu les critiques, en établissant une tradition solide et importante de soins spécialisés pour enfants à Montréal. Le CMH s'est agrandi lorsqu'il a emménagé avenue Cedar en 1909. Enfin, en 1920, il est devenu un hôpital d'enseignement universitaire affilié à l'Université McGill.

MCH under conversion 1950sEn raison de la demande croissante en soins pédiatriques spécialisés, le CMH agrandit ses installations pour les malades hospitalisés et les cliniques externes. En 1956, le Children's Memorial Hospital changeait de nom, devenant l'Hôpital de Montréal pour Enfants. Il emménageait ensuite dans ses locaux actuels de la rue Tupper, doublant ainsi sa capacité en lits.

Aujourd'hui, l'Hôpital de Montréal pour Enfants reste affilié à l'Université McGill. Il donne aux étudiants des premier et deuxième cycles une formation en pédiatrie de calibre international. Les réalisations de l'Institut de recherche de l'Hôpital de Montréal pour enfants de l'Université McGill sont reconnues partout dans le monde, surtout dans les domaines de la génétique, de l'oncologie et de l'épidémiologie.

Depuis plus de quatre décennies, l'hôpital, par le biais de l'Institut de recherche de l'Hôpital de Montréal pour enfants de l'Université McGill, est au premier plan des soins prodigués aux enfants. Même si l'hôpital se livre à une grande variété d'activités à différents stades du développement, il se concentre surtout sur certains secteurs clés qui sont au cœur de sa mission, notamment...

  • la chirurgie spécialisée, particulièrement la chirurgie cardiaque, la neurochirurgie, la transplantation et la reconstruction;
  • les soins médicaux spécialisés, avec concentration sur les soins multidisciplinaires;
  • les soins aux nourrissons et aux enfants dangereusement malades;
  • l'évaluation et la gestion à court terme des enfants au développement atypique.

L'Hôpital de Montréal pour enfants se targue de premières réalisations spectaculaires, y compris...

  • le premier département de génétique médicale dans un hôpital pédiatrique canadien (1950)
  • le premier département de pédopsychiatrie (1950)
  • le premier centre pour enfants ayant des difficultés d'apprentissage (1960)
  • la première cathétérisation cardiaque thérapeutique au Canada, technique de survie qui consiste à créer une cavité dans le cœur d'un « bébé bleu » (1966)
  • la première unité pédiatrique de soins aux brûlés dans un hôpital québécois (1971)
  • la première unité de séjours de courte durée dans un hôpital pédiatrique au Québec (1996)

Voir la section Événements marquants pour connaître d'autres découvertes médicales notoires.

Grâce à sa gamme étendue de services, qui comprend les soins intensifs, la chirurgie, la prévention des blessures et des programmes de soins à domicile, l'Hôpital de Montréal pour enfants demeure un actif précieux pour la communauté montréalaise. Le volume des cas pédiatriques ambulatoires de l'Hôpital de Montréal pour enfants est l'un des plus élevé en Amérique du Nord. De milieux culturels divers, son personnel représente d'une variété d'horizons ethniques et parle jusqu'à 50 langues et dialects.